Weekend électrique

Ce weekend, ainsi que quelques soirées dans la semaine ont été consacrées au câblage de deux équipements électriques.

  • Les coups de poing

J’avais commencé à en parler le weekend dernier : je dois câbler des coups de poing dans la maison. En effet, le compteur se trouve dans une des caves, sans accès direct depuis la maison.

La norme NF C 15-100 précise que « tout local indépendant contenant des pièces principales doit posséder son propre dispositif de coupure d’urgence. »

J’ai fait le choix de positionner un interrupteur sectionneur de 40A juste après le compteur. Et pour pouvoir l’actionner depuis la maison, j’utilise un auxiliaire de commande à émission de courant ou plus simplement une bobine MX, commandé par mes fameux coups de poing (un par étage).

Cet auxiliaire, qui vient se coupler mécaniquement à l’interrupteur, actionne celui-ci lorsqu’on lui applique un courant.

Ainsi, lorsqu’un des coups de poing de la maison est actionné, la bobine actionne l’interrupteur, et il n’y a plus de tout d’électricité dans toute la maison.

Il faut par contre croire que je suis maudit pour cette partie 😡. En effet, après avoir acheté le matériel, j’ai déjà dû retourner 4 fois au magasin, car les pièces n’étaient pas les bonnes. Et ce n’est malheureusement pas fini : la bobine ne fonctionne pas une fois couplée à l’interrupteur 😤. La liste des déboires :

  • Si sur la facture, je paye bien une bobine MX, petite erreur dans la préparation de ma commande, c’est un autre appareil qui m’est donné. Donc, retour au magasin qui n’avait évidemment pas la pièce en stock. Revenez demain … ;
  • Je commence à câbler mon premier coup de poing. Et je décide de faire un premier test de mon câblage. Manque de pot, ce n’est pas le bon modèle de coup de poing! Il me faut des coups de poing « normalement ouvert (NO) ». C’est à dire qui ne laisse passer le courant que lorsqu’on les actionne. Mais ceux qui m’ont été donnés sont des « normalement fermé », qui laisse passer le courant tant qu’on ne les actionne pas. Donc, nouvel aller-retour au magasin qui n’en avait pas en stock. Heureusement, ils avaient des contacteurs NO en stock. A moi de modifier les coups de poing;
  • Et pour finir, après avoir tout câblé à travers la maison et deux caves, positionné le boitier et le couple interrupteur + bobine MX, je décide de tester à blanc l’installation (avant de faire passer tout le courant par l’interrupteur). Et j’ai bien fait, puisque si le courant arrive bien jusqu’à la bobine, elle n’actionne pas l’interrupteur 😁. Alors qu’une fois découplée, elle fonctionne. Je penche donc pour un modèle de bobine non compatible avec l’interrupteur. Donc, on démonte et on retourne demain au magasin. La suite au prochain épisode …
  • Le tableau électrique du 2ème étage

Le weekend dernier, le tableau électrique et son alimentation avaient été installés. Ce weekend, on commence à le câbler et à tirer toutes les gaines.

Je commence par la cuisine, car c’est la pièce qui impose le plus de gaines puisque la norme oblige à câbler des circuits spécialisés. C’est-à-dire que la gaine doit venir directement du tableau et être raccordée à un disjoncteur dédié. Dans mon cas, il y en a 4 : four, lave-vaisselle, prises (dernière évolution de la norme) et plaques de cuisson.

Tout n’est pas réalisé, il restera encore des circuits à câbler et des gaines à poser, mais c’est déjà un bon début.

Petite astuce, essayez de penser au futur :

  • Même si la cuisine sera équipée d’un point de cuisson au gaz à son installation, j’ai préféré installer également tout le nécessaire si un jour il faut le remplacer par des plaques électriques. Si c’est facile à faire maintenant (un disjoncteur 32A et du câble 6mm²), sans représenter un surcout trop important, ça le serait beaucoup moins si la transformation devait se faire plus tard;
  • Une extension? Si j’en ai un jour l’opportunité (message subliminal pour la FDJ 😀 ), j’aimerais réaliser une extension au-dessus de la salle de bain, notamment pour avoir un point de vue sur les salins. Alors certes, ce n’est pas à l’autre du jour, mais un départ a été fait au cas où (1 disjoncteur de 20A pour 12 prises max et un de 16A pour 8 points lumineux max). J’ai de quoi voir venir 😉

Autre petite astuce que j’ai trouvé mais trop tard : positionner les câbles de la terre en commençant par la droite et non par la gauche comme je l’ai fait. En général, on place sur la dernière ligne du tableau et tout à droite 2 prises électriques. Donc, on sera moins gêné par les câbles de terre s’ils sont de ce côté. Je mettrai cette astuce en application pour le tableau du premier étage.

Ce contenu a été publié dans Travaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.